Psychologie et Sociologie
Séduction et Drague
Couple
Compléments et autres
Passez à l'action

Pourquoi la femme ne veut pas être jugée sur son physique ?

Comment certains mouvements féministes tente de plier la nature à la profit.

Depuis de nombreuses années, les mouvements féministes et de défense des femmes luttent contre le diktat du physique.

Si vous osez dire qu’une femme n’est pas belle parce qu’elle est trop grosse, on vous méprisera.

Pour les femmes, elles doivent être acceptées telles qu’elles sont.

Dans la société moderne imaginée par les femmes et les nouvelles féministes, une femme n’a plus besoin de se faire belle. Elle ne doit pas faire attention à ce qu’elle mange.

Elle ne doit plus se maquiller. Elle ne doit plus non plus s’épiler.

Globalement, un travail est fait pour que sa valeur sur le marché sexuel ne soit plus en lien avec son physique.

Contrairement à ce qu’elles demandent, les femmes continuent de juger les hommes sur leur apparence (voir l’hypergamie).

C’est même génétique puisqu’il s’agit de reproduction pour elle. Même si elles pensent chercher un partenaire sexuel pour un soir, inconsciemment elles couchent pour recueillir un sperm de qualité qui permettra à son enfant d’être “beau”, fort, intelligent, etc.

Si la femme ne veut pas être jugé sur son physique, c’est uniquement pour optimiser sa valeur sur le marché sexuel et donc, tenter d’optimiser le fonctionnement de l’hypergamie.

Faire croire à un homme que c’est mal de préférer les femmes fines, en bonne santé et qui savent se mettre en valeur, c’est truquer les règles du jeu qu’elles mettent elles-même en place inconsciemment.

femme obèse belle

Image : un exemple de ce que l'on trouve sur les réseaux sociaux

Les femmes qui prônent la “body positivity” ou qui font partie du “fat acceptance movement” présentent la beauté comme une construction sociale.

Si ces mouvements ont été au départ utilisés pour aider les femmes mal dans leur peau, ils ont rapidement débordé en pointant du doigt les gens, surtout des hommes, qui pensent différemment.

On a un cas de dissonance cognitive classique : une femme (forte) exige qu’on la traite comme les autres femmes (IMC normal) mais va marginaliser les hommes ou les organisations qui ne présentent pas les choses comme elle l’entend.

Elle veut de la tolérance, mais n’est pas tolérante elle-même.

En réalité, cette lutte pour supprimer les différences physiques et les imposer comme étant une construction sociale est surtout une lutte des femmes entre-elles.

Les femmes qui ne font pas d’effort pour augmenter leur valeur sur le marché de la sexualité souhaitent simplement accéder aux mêmes avantages (hommes 8/10, 9/10 et 10/10) que les femmes qui font plus d’effort (sport, régime, tenue vestimentaire adaptées, etc.). Le but est de modifier la façon dont on perçoit le capital sexuel de la femme.

Voici un exemple pour une publicité pour un appareil d’exercice qui a fait scandale aux USA : https://www.nytimes.com/2019/12/03/business/peloton-bike-ad-stock.html

La publicité montre une femme qui fait du sport pour se remettre en forme et perdre un peu de poids.

Heureusement, il reste des femmes intelligentes qui veulent simplement militer pour permettre une meilleure acceptation de leur corps. C’est évidemment une très bonne intention et il est nécessaire que ce type de mouvement existe pour aider les femmes en souffrance.

Référence : https://en.wikipedia.org/wiki/Body_positivity