Psychologie et Sociologie
Séduction et Drague
Couple
Compléments et autres
Passez à l'action

Elle vous dit qu’elle ne vous a jamais aimé : pourquoi c’est faux !

S'il y a quelque chose de douloureux pour une homme c'est entendre que la femme qui partage sa vie ne vous a jamais aimé. Pourtant, c'est faux et facile à prouver.

Votre femme vous quitte et vous annonce qu’elle ne vous a jamais aimé.

Cette phrase est comme un coup de poing envoyé en plein nez et cela vous fait très mal. Mais, je vais vous expliquer pourquoi c’est faux.

Dans la plupart des cas, si vous avez construit une relation sérieuse sur le long terme avec une femme, c’est qu’elle avait des sentiments pour vous.

Petit à petit la relation peut se dégrader et votre femme peut décider de vous quitter (et j’explique très bien pourquoi dans cet article).

Le problème vient du fait qu’une femme ressent des émotions et n’est pas forcément logique.

Lorsque vous entendez qu’on ne vous a jamais aimé c’est vraiment ce qui est ressenti par votre femme ou compagne.

Mais, ce n’est pas ce qu’il se passe. Au sens de l’homme c’est même faux.

Factuellement, il est évident que votre nana a passé du bon temps avec vous. Elle a même été heureuse puisqu’elle a décidé de se mettre en couple avec vous.

Si elle avait pu avoir mieux à ce moment, elle aurait choisi un autre homme.

Cependant, aujourd’hui elle ne veut plus de vous. Ses émotions lui indiquent qu’elle ne peut plus être avec vous.

Elle va donc chercher une explication logique qui va lui permettre d’éviter de comprendre qu’elle a fait le mauvais choix.

La seule explication qu’elle va trouver est de dire qu’elle ne vous a jamais aimé.

C’est ce qui va permettre de sauver son ego.

C’est la démonstration que les hommes et les femmes ont une conception différente de l’amour.

Donc, même si votre femme vous annonce qu’elle ne vous a jamais aimé, il n’est pas nécessaire d’argumenter pour lui faire comprendre que c’est faux. D’ailleurs, vous savez aujourd’hui que c’est faux mais qu’elle ne peut pas forcément l’admettre sans écorcher fortement l’estime qu’elle a pour elle-même.